Vidéos de cours et congrès

Santé
Kinésithérapie
Ostéopathie
Médecine générale
Du sport
Du travail
Physique et réadaptation

Cours:
Tendinopathies d'épaule : aspect pluridisciplinaire

0 commentaire
Date de parution: 
11/03/2016
Durée: 
10 min
Description de vidéo

Les tendinopathies d'epaules sont des affections très courantes. Mécanismes ? Prévention ? Traitements ?

Une vidéo originale avec le regard du chirurgien spécialiste, du kinésithérapeute, de l'ostéopathe et de l'acuponcteur.

 

La tendinite de l'épaule est extrêmement fréquente, 99% de la population en aura une un jour. C'est  le deuxième motif de consultation chez les rhumatologues (après les lombalgies).
La cause la plus fréquente est un effort inhabituel ou un choc sans gravité apparente.
Dans d'autres cas, elles sont reliées à la répétition de gestes professionnels ou sportifs ce qui irrite les tendons.
On retrouvera plus fréquemment cette pathologie chez les femmes actives entre 25 et 50 ans.
Dans environ 30 % des cas, l'inflammation s'accompagne d'une calcification qui traduit son ancienneté.
La douleur apparaît avec le mouvement, devenant plus intense à l'effort et pendant la nuit. 
Elle peut apparaître après l'effort ou à la « remise en route » pendant l'activité.
Cette inflammation est due au frottement du tendon contre l'os, ce qui provoque une micro-rupture de ses fibres.
Ce n'est pas lié à une arthrose.
 
Lors de l'apparition des symptômes :
- Refroidir : poche de glace enroulée dans un linge sur la zone douloureuse durant 20 min, deux fois par jour sur 5 jours pour réduire l'inflammation.
 
- Masser doucement. En utilisant un gel anti-inflammatoire à base de diclofénac ou d'ibuprofène matin et soir (pas plus de 10 jours), en évitant l'exposition au soleil (risque de brûlure, réaction allergique...).
Il existe aussi des compresses imprégnées d'anti-inflammatoire. Avantage : la diffusion est constante et prolongée.
 
- Se mettre au repos. Et arrêter tout geste provoquant une douleur. Une tendinite d'intensité modérée peut guérir de cette façon.
 
On consulte si cela ne passe pas en une semaine
 
 
Le traitement médical classique :  
 
- antalgiques et d'anti-inflammatoires pendant une dizaine de jours (médicaments + pommades) pour éviter le passage à la chronicité 
- repos de l'articulation (ne pas soulever ni lever le bras a plus de 90 degrés).
 
Résultat : 80 % de guérison en quelques semaines.
 
 
Traitement kinésithérapeute :
 
- massages des muscles autour du tendon pour le relâcher, 
 
- les ultrasons : c'est un appareil qui envoie des ultrasons ou des ondes courtes visant à réduire l'inflammation. 
15 séances sur six semaines en complément des médicaments.
 
- les ondes de choc : ce sont des ondes sonores discontinues (comme celles utilisées pour éliminer les calculs rénaux) qui stimulent la vascularisation des tendons et accélèrent leur cicatrisation. 
2 ou 3 séances de 10 minutes espacées de dix à quinze jours. 
Inconvénients : la technique est souvent douloureuse et n'est pas prise en charge. 
 
Résultat : plus de 70 % de guérison au bout de six semaines.
 
 
Rhumatologie :
 
S'il y a échec des traitements :
- infiltrations de cortisones (trois séances à une semaine d'intervalle) qui agit à la fois sur la douleur et sur l'inflammation. 
 
 
En cas de calcifications
 
Le traitement consistera à fragmenter la calcification avec ponction des petites plaques calcifiées, lavage et aspiration. Dans 20 % des cas, ces dépôts calciques sont retirés chirurgicalement.
 
 
Chirurgie
 
- l' acromioplastie vise à fraiser un bec arthrosique irritant les tendons par réduction d'un espace où ils coulissent + nettoyage des tendons. 
Ces opérations sous arthroscopie avec anesthésie générale, sont douloureuses et nécessitent une hospitalisation de quatre ou cinq jours. Elles sont suivies de deux mois de rééducation douce (balnéothérapie), au rythme de deux ou trois séances par semaine.
 
 
L'épaule gelée
 
Quand on ne peut presque plus bouger le bras on parle d'épaule gelée. Ce blocage est dû à une capsulite : une rétraction de l'enveloppe qui recouvre l'articulation. Il devient impossible de lever le bras pour accomplir les gestes les plus quotidiens (enfiler un vêtement, attraper un objet placé en hauteur...).
 
Les causes sont mal identifiées. 
Elle dure entre 9 et 18 mois voir plus. 
Traitements :  anti-inflammatoires + antalgiques, associés parfois à des infiltrations de corticoïdes. Quand la douleur s'est atténuée au bout de plusieurs mois, des séances de kinésithérapie douces vont aider à lutter contre l'ankylose.
 
 
Prévention :
 
- boire
Pendant l'effort, le corps a besoin d'eau afin de compenser les pertes liées à la transpiration et à la production d'énergie. Faute de quoi, le déficit se répercute sur les muscles et les tendons, alors moins bien irrigués, donc sujets aux blessures. 
On boit 1,5 litre d'eau dans la journée, davantage s'il fait chaud. Et 1 litre en plus par heure de sport (quelques gorgées toutes les 20 min). 
En ambiance chaude, on monte à 1,5 litre par heure de sport.
 
- échauffement 
on s'échauffe 10 minutes ce qui permet de monter la température corporelle jusqu'à ce qu'on commence à transpirer, ce qui chauffe les muscles et prépare les tendons (vélo, trottiner...).
 
- étirements 
De 10 à 15 min après la séance. Les tendinites des membres supérieurs sont très difficiles à prévenir par étirements. Les jours sans sport, on étire chaque ses muscles pendant au moins 10 minutes. 
 
- toujours actif
On ne s'arrête pas plus de sept jours sinon les tendons se raidissent.
 
- le matériel sportif 
léger, adapté à l'activité, à sa morphologie, à son niveau de pratique... 
Les mauvais gestes techniques du débutant favorisent les tendinites.
 
 
Quels sont les facteurs de risque ?
 
- La maigreur. Si on est très mince, on y est plus sujet car les tendons ont alors tendance à frotter directement sur les os.
 
- L'hérédité. Elle joue un rôle, en raison d'une prédisposition aux tendinites dans certaines familles.
 
 
Nutrition :
 
Préférez les légumes verts et les fruits (agrumes, bananes, amandes) et buvez beaucoup d'eau de préférence riche en bicarbonates (Vichy, Saint-Yorre).
 
Pensez aux produits riches en oméga-3 (saumon, sardine, huile de colza, noix).
 
Détendez-vous car le stress est pourvoyeur de composés inflammatoires.
 
 
Le froid est un anti-inflammatoire naturel. Votre premier réflexe sera de poser de la glace sur la zone touchée. Le sachet de petits pois congelés, enveloppé d'une serviette est idéal. Au bout de quelques jours, pour éviter les contractures, vous pourrez passer au chaud. Mettez l'articulation au repos suffisamment longtemps pour ne pas laisser s'installer une tendinite chronique.
 
 
Les huiles essentielles pour apaiser
 
-Votre antalgique sera l'huile essentielle (HE) de Gaulthérie. Appliquer 2 gouttes d'HE sur le tendon douloureux 3 à 4 fois par jour.
 
-Si vous souffrez de l'épaule, mettre 5 gouttes d'HE de gaulthérie et cinq gouttes d'HE d'eucalyptus citronné dans une cuillère à café d'huile d'arnica et massez une à deux fois par jour.
 
Contre-indications : si vous avez une allergie à l'aspirine et ses dérivés, si vous prenez des anticoagulants, et si vous êtes hémophile, remplacer l'HE de Gaulthérie par l'HE d'Eucalyptus citronné. ; pour les femmes enceintes et allaitantes.
 
 
L'homéopathie pour éloigner la douleur
 
-En cas de douleur aiguë, Bryonia 5 CH associé à Apis 5 CH, 5 granules de chaque à la demande.
 
Prenez Arnica montana 9 CH, 5 granules toutes les heures en alternance avec Ruta graveolens 7 CH. Espacez ensuite les prises en fonction de l'amélioration. Dans les inflammations de l'épaule, prenez en plus Bryonia alba 15CH, 5 granules deux fois par jour.
 
Les bourgeons de cassis associés aux bourgeons de vigne ont un rôle sur l'inflammation et la reconstruction. Prendre 10 gouttes de chaque matin et soir pendant 1 mois avec un arrêt d'une semaine et reprendre 1 mois.
 
 
Les plantes pour décontracter la région tendineuse
 
Le souci des jardins soulage les contractions musculaires. Faites infuser pendant 10 minutes une cuillère à soupe de pétales dans 25 cl d'eau bouillante. Poser la préparation sur une compresse et appliquez sur les zones douloureuses. L'ortie est réminéralisant. L'harpagophytum est anti-inflammatoire et antalgique.
 
L'argile pour ses vertus minérales
 
L'argile verte, riche en minéraux et oligo-éléments, sera à appliqué en cataplasme : préparez une pâte avec une poudre d'argile et de l'eau chaude. Appliquer en couche épaisse sur l'articulation. Laissez agir une quinzaine de minutes et enlevez.
 
Hachez 2 cuillerées à soupe de racine de gingembre fraîche (que l'on trouve en magasin bio), ajoutez 500ml d'eau bouillante, remuez puis laissez macérer pendant 20mn. Trempez un morceau de tissu dans la casserole. Essorez-le un peu puis appliquez-le sur la région douloureuse pendant environ 5mn. A renouveler 3 ou 4 fois dans la journée.
 
Prenez du cuivre, 2 à 3 prises par jour, pendant 10 à 15 jours. Ajoutez Magnésium et Potassium, 1 prise par jour, en alternant l'un et l'autre.
 
Dans de l'huile végétale d'argan, mélangez 2 ml d'huile essentielle de genévrier, 2 ml d'huile essentielle de gaulthérie, 2 ml d'huile essentielle de menthe poivrée. Faites une friction de l'endroit douloureux, de 2 à 4 fois par jour.
 
 
-L'acupuncture soulage la douleur et a des effets anti-inflammatoires. Deux à trois séances sont conseillées.
 
-L'ostéopathie aide à corriger les mauvaises postures, source de tension et donc d'accidents tendineux. Des séances d'ostéopathie sont recommandées si votre tendinite est liée à un déséquilibre postural.